EDHISTO, le site, est réalisé avec le soutien financier du Conseil Régional de Lorraine

Rechercher dans le site :

A venir

24-01-2017 : Conférence-projection par Jean-Pierre Drulang-Mack
Salle Saint-Eloi à Sallanches
En savoir plus

28-01-2017 : Conférence sur François Haxo par Yannick Guillou
Maison des Associations
En savoir plus

En souvenir de Clémence, une nouvelle page se tourne

C'est avec beaucoup de peine que le collectif à l'origine de la publication de "l'affaire Clémence Martin-Froment" et des souvenirs de notre "petite" diariste (pour mémoire Isabelle Chave, Philippe Nivet, Jean-Claude Fombaron et Yann Prouillet) a appris le décès de madame Andrée Saint-Dizier, qui fut la "légataire morale" de Clémence. Mme Saint-Dizier nous avais permis de "retrouver" nombre d'objets-témoins ayant appartenu à "L'Ecrivain de Lubine", devenue aujourd'hui l'égérie de l'épuration de la collaboration de la Première Guerre mondiale. Citée dans Apocalypse Verdun, Clémence est aujourd'hui connue de millions de téléspectateurs. Tous formulons à la famille d'Andrée notre compassion et nos plus sincères condoléances.

Changer de Doxa ? C'est déjà arrivé.

Le 11 novembre 2016, Edhisto (qui aime parfois cultiver les faux paradoxes) publie sous la plume de Jean-Michel Adenot, [que nous sommes heureux de compter parmi nos nouveaux auteurs], une enquête historique qui bouscule une vielle dame de 72 ans prénommée Doxa. Pour la 1ère Guerre mondiale, le "syndrome de la stèle Bataille" du col du Bonhomme est connu du couple, s'ignorant superbement, commémorants/historiens. Depuis plus de 100 ans, là-haut, des plumitifs de tous poils ont forgé une légende, devenue mémoire, puis Histoire, qui se transmet sous les drapeaux dans un marronnier saisonnier qui se termine invariablement autour du verre convivial du souvenir. La guerre suivante n'est pas exempte de ces versions non latines qui ont fait l'Histoire. L'évènement littéraire de Moussey dépasse le simple vernissage éditorial ; il marque en fait un basculement fondamental dans la démarche historienne de l'appréhension de l'Histoire des évènements de la Deuxième Guerre mondiale : le basculement du temps des témoins à celui des historiens. Et ce basculement n'est pas affaire individuelle ; il s'appuie sur un triptyque à prendre sérieusement en considération : une jeune génération sérieuse et méthodique, un collectif structuré (voyez l'HSCO), et un "package" mémoriel massif qui allie objets-mémoire à traçabilité établie et assise scientifique transdisciplinaire et diachronique faisant autorité, diptyque dans un lieu mémoriel pérenne et historiquement justifié (voyez le projet Musée-Mémoire-Moussey). Ainsi, la mémoire va changer ses lunettes et basculer dans l'Histoire. Et de se souvenir que le même basculement avait eu lieu en 2000, lors de la structuration de la commission Temps de Guerre et le démarrage de la collection éponyme de la Société Philomatique Vosgienne par des historiens (citons Fombaron et Prouillet) qui ont dépoussiéré (et finalement écrit, assis et bâti) l'Histoire de la Grande Guerre dans les Vosges. 16 ans plus tard, ces défricheurs font toujours autorité et l'obsolescence programmée très à la mode de nos jours ne leur a pas encore été appliquée. Nous voilà revenu en l'an 2000 pour la guerre suivante ; une nouvelle galaxie vient de naître, de nouvelles pages blanches vont s'écrire. Nous souhaitons à la nouvelle génération des historiens la même (incontestable) réussite.

Rentrée littéraire exceptionnelle imminente

Mademoiselle, madame, monsieur, chers lecteurs, la rentrée littéraire 2016 n‘attendra pas, cette année, septembre et le grand rendez-vous du Livre sur la Place. Trois ouvrages sur la Grande Guerre dans les Vosges seront disponibles dès le 29 août prochain ; ouvrages fondateurs, avec les actes enrichis du colloque sur la Grande Guerre Montagne qui s’est tenu à Epinal et à Colmar les 21,22 et 23 mais 2015, ouvrages renouvelants avec les actes des Journées d’Etudes Vosgiennes qui se sont tenues à Saint-Dié-des-Vosges les 23, 24 et 25 octobre 2015 et ouvrages complétifs avec la courte histoire du 21ème BCP à Raon-l’Etape, entre 1913 et 1919. De l’histoire locale à l’Histoire mondiale de la Grande Guerre de montagne, les Vosges sont au centre de l’historiographie reconsidérée de 14-18. Trois invitations, littéraires et physiques à découvrir ces études inédites en particulièrement enrichissantes… En savoir plus en farfouillant sur ce site ou rendez-vous sur Facebook pour les invitations... et à Nancy pour échanger directement avec les auteurs...

Le livre qui ne voulait pas mourir

L'entrée d'un ouvrage dans le "département" diffusion du catalogue d'Edhisto répond à plusieurs critères ; la qualité bien sûr, l'intérêt forcément, l'apport historiographique obligatoirement, la disponibilité incontournablement... Mais parfois, une autre vicissitude, plus prosaïque, bassement matérielle diront d'autres, influe sur le devenir d'un ouvrage. L'un des éditeurs partenaires d'Edhisto a décidé de cesser son activité. Dans ce cas, parfois, un gros mot survient, une sorte de croquemitaine contractuellement interdit chez Edhisto : le pilon. Aussi, Edhisto, tuant la menace dans l'œuf, a décidé de poursuivre la diffusion d'un des ouvrages de cet éditeur et de permettre à Charles Vuillermet. (1890-1918). Carnets et dessins d'un officier savoyard dans la Grande Guerre, de Michel Perrier de poursuivre son destin éditorial et de mourir de sa belle mort, sous d'autres cieux ; l'épuisement. D'une montagne à l'autre, des Alpes aux Vosges, parfois, le destin d'un livre ressemble étrangement à celui de son sujet. La lutte contre la mort est toujours un combat transcendant les années comme la géographie... A méditer.

Edhisto chez Payot ! Clin d'oeil de l'Histoire

Edhisto qui associe son nom à Payot, c'est un petit clin d'œil de l'Histoire singulier. Dans l'Histoire bibliographique et éditoriale de la Grande Guerre, la Collection de Mémoires, études et documents pour servir à l'Histoire de la Guerre mondiale initiée par les éditions Payot dès avant la fin de la guerre est LA collection de référence dans l'étude de la Grande Guerre. Vivre à l'arrière du front, d'Anne Peroz, première thèse d'Histoire sociale et d'Histoire du Droit publiée dans les Vosges depuis la fin de la Grande Guerre, est aujourd'hui disponible à la librairie Payot en Suisse (voir https://payot.ch/Detail/vivre_a_larriere_du_front-anne_peroz-9782355150210). Pour un bibliographe, associer Edhisto et Payot, le grain de sable et la dune, est un micro événement éditorial. On a les petits graals qu'on peut ! Merci mademoiselle Peroz !

La Grande Guerre dans le regard de "ceux d'en face"

Il est à peine publié en France un témoignage de soldat allemand par an. L’historiographie testimoniale de la Grande Guerre reste ainsi majoritairement hémiplégique du regard de l’autre, du feldgrau. Pourtant leur communauté d’expériences comme de souffrances est criante pour ces forçats de la boue. Edhisto, qui, dès sa création en 2007, à enrichi son catalogue avec le témoignage publié en version bilingue d’Hermann van Heek, est très heureuse d'à nouveau s'inscrire dans cet objectif renouvelé dans sa ligne éditoriale ; mettre en perspective, franchir le no man’s land pour tenter de comprendre et s’extraire du franco-français…. Aussi, EDHISTO a le très grand plaisir de vous informer de la parution, grâce à Jean-Pierre Drulang-Mack, son auteur, de l’ouvrage "Du Württemberg au Bois-le-Prêtre" 1914-1918. Livre bilingue franco/allemand. Le pitch ? : Eugen Efinger se destine à l’enseignement, Johann Baptist Mack est charron, entrepreneur de battage de blé, et Albert Weiss agriculteur et maire. Tous trois viennent du royaume du Wurtemberg lorsque la grande conflagration européenne vient les jeter dans l’océan d’hommes. Mack connait la guerre de mouvement alors que ses deux compagnons rejoignent le front déjà cristallisé. Ils en découvrent les affres, entre violence du front et de la mort qui frappe sans avertir, et ennui de l’arrière, loin des leurs. Ils se battent dans des secteurs divers mais c’est au terrible Bois le Prêtre qu’ils passent le plus de temps.... Toutes les infos et le dossier de presse quelques onglets ici plus loin... Sinon, donnons-nous rendez-vous directement avec l'auteur car la présentation officielle de ce phénomène se déroulera au cours de la 6ème édition du festival littéraire « Le Printemps du Grand Meaulnes » qui se déroulera les 21 et 22 mai 2016 à Bonzée, près de Fresnes-en-Woëvre (Meuse). Bienvenue à nouveau dans la tranchée d'en face... mais avec un apport considérable ! Dans les témoignages déjà publiés, finalement peu de soldats allemands racontent ce que nous livre Eugen Efinger, l'un de nos trois témoins inédits : la fin d’une guerre perdue. En effet, Jünger et Waag sont blessés, Schlund*, Richert* ou Bouillon* ont déserté, Jacques* n’est pas au front, Jolidon* est marin, Lambert* gardien de camp, etc. D’ailleurs, de nos trois témoins, Johann Baptist Mack a repris son entreprise de battage et Albert Weiss est en permission quand l’Armistice met fin à leurs souffrances. Bref, très peu des témoins publiés ont raconté novembre 1918 sous l’uniforme d’un combattant vaincu sans combat, dit les instants surréalistes « infiniment tristes » précédant une retraite de grognards d’une autre époque jusqu’à une Allemagne déserte et silencieuse où Efinger a " l’impression de rentrer au pays comme des criminels ». Bonne découverte... *Voir leur notice dans 500 témoins de la Grande Guerre aux mêmes éditions.

Perte d'un pair

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès, jeudi 5 mai 2016, du professeur François Roth, doyen tutélaire des historiens lorrains. Sorbonnard, latiniste et historien de l'Eglise, il maîtrisait autant l'histoire ancienne que contemporaine. Spécialiste de la guerre de 1870, de la Lorraine annexée, de Poincaré, Schuman, etc., il était émérite à tant de titres... Edhisto n'a pas perdu un ami, nous n'aurions pas cette prétention, mais un pair. Nous avons eu le bonheur qu'il suive et parfois valide de sa haute tutelle les travaux des historiens d'Edhisto et plus encore la grande joie de le publier dans la collection La Lorraine et ses voisins. C'est à lui que Clémence Martin Froment pour L'Ecrivain de Lubine doit le prestigieux Prix de l'Académie de Stanislas. Il venait de recevoir Vivre à l'Arrière du Front d'Anne Peroz et Edhisto attendait avec anxiété son avis sur ces recherches fondamentales. La vie, peu reconnaissante à nous laisser le plus longtemps ses grands esprits, n'a pas récompensé dans la durée ce grand constructeur de l'Histoire lorraine. Il entre sans nul doute dans le Panthéon des historiens et des très grandes signatures lorraines. Au revoir, monsieur le professeur.

LA grande conférence de restitution

Anne Peroz, auteure de l'ouvrage Vivre à l'arrière du front. Vosges 1914-1918, donnera une grande conférence de restitution aux archives Départementales des Vosges à Epinal sur les civils vosgiens dans le département pendant le conflit ce vendredi 29 avril. Ce livre, qui représente la 1ère thèse sociale et sociétale publiée dans les Vosges, revient ainsi au nid puisqu'il en est le fils non putatif. Anne Peroz, spinalienne et docteure en Droit, a établi par ses recherches un modèle d'analyse thétique appliquée à un département sous-représenté dans l'historiographie vosgienne. Edhisto (avec la Société Philomatique Vosgienne) participe activement à la lutte contre cet état de fait qui "s'obsolétise" lentement mais sûrement. Les Vosges existent dans le champ national, par l'aménagement de ses territoires de mémoire et pas sa littérature scientifique appliquée. Une fierté ? Oui, on s'autorise à le dire dans les milieux autorisés !

Partenariats d’Etat, une belle valeur ajoutée pour Edhisto

Edhisto vient de fêter sans bruit ses 10 années d’existence ; beaucoup de chemin a été parcouru et le 24ème opus de sa collection de mémoires, études et documents pour servir à l'Histoire… des conflits (les bibliophiles et graphes de tous poils reconnaîtront la référentielle référence) est sur le point de sortir, nous en reparlerons. Sans se complaire dans des bilans prématurés, deux partenariats déjà anciens mais d’actualité viennent à notre sens flatter une certaine reconnaissance ; Edhisto s’enorgueillit de publier les actes des colloques du Comité d’Histoire Régionale d’une Lorraine centrale dans un Grand Est, récemment baptisé, depuis longtemps né. D’ailleurs, la collection La Lorraine et ses voisins (initiée en 2005) était précurseur du rapprochement, qu’elle a nourri, nous l’espérons, historiquement de manière réfléchie. Nous émettons à ce sujet d’ailleurs le vœu que le CHR, initiative régionale unique en France, essaime auprès des anciennes voisines aujourd’hui fusionnées de Champagne-Ardenne et d’Alsace, ce qui semblerait se profiler. Nous vous suggérons donc vivement de découvrir les actes des journées d’études sur les conflits et les progrès scientifiques et techniques en Lorraine à travers les siècles et nous vous invitons à venir les découvrir aux journées d’Histoire Régionale qui se dérouleront cette année à Dieuze, aux Salines Royales, les 23 et 24 avril 2016. Nombre des contributeurs de cette petite somme seront présents en leurs qualités respectives… L’autre partenariat qui fait honneur à Edhisto est celui qui découle des extraordinaires et fondatrices recherches de la docteur Anne Peroz qui a permis au département des Vosges d’entrer en représentativité dans l’Histoire nationale car enfin les Vosges ont une idée exacte de l’Histoire sociale des civils dans la Grande Guerre. Cette avancée majeure dans l’historiographie du département a été rendue possible par le concours des Archives Départementales des Vosges, principale caverne aux trésors archivistique, mémoire collective inépuisable disséquée par la méthode Perozienne. Pensionnaire de l’établissement, qui avait certainement installé son lit Picot entre les rayonnages des séries R et J, Anne Peroz revient au nid le vendredi 29 avril 2016 pour rendre à César les recherches que Rome à permises. Edhisto vous donne donc rendez-vous bis aux archives pour une conférence de restitution intitulée La Grande Guerre des civils vosgiens : une histoire sociale. Et Edhisto de remercier ses partenaires institutionnels ci-devant cités de leur confiance et de leur culturel support.

Apocalypse Verdun, un chiffre

Apocalypse Verdun à été vu hier soir par 4 millions 100 000 téléspectateurs... ça coupe le souffle.

Vuillermet à nouveau disponible

Quand les montagnards sont venus se battre dans les montagnes.... Nous avons le plaisir de vous informer de la redisponibilité dans la boutique d'Edhisto, du livre Charles Vuillermet, carnets et dessins d'un officier savoyard dans la Grande Guerre, biographie très illustrée et enrégimentée (le 133, bien connu dans les Vosges) sous la plume de l'excellent Michel Perrier, publié par la non moins excellente maison d'éditions Le Vieil Annecy. Pour mémoire, Vuillermet bénéficie d'une notice dans les non moins excellent 500 témoins de la Grande Guerre, anthologie biblioanalytique qu'on ne présente plus... Pour mémoire, Vuillermet a combattu deux ans à La Fontenelle et a fait une incursion à La Chapelotte. Bonne lecture.

Le destin national d'une petite dentelière des Vosges

Le 21 février 2016 sort le documentaire Apocalypse Verdun. Comme d’habitude très bien fait, ce récit revient sur cette histoire connue mais avec la plus-value très impressionnante pour un public profane de la colorisation des images, parfois inédites. Mais surtout, Apocalypse Verdun est une extraordinaire reconnaissance pour la qualité édtoriale du catalogue d'Edhisto. En effet, le documentaire utilise une dizaine de témoins, français et allemands et Clémence Martin-Froment, bien connue des lecteurs d'Edhisto est LA témoin des femmes en guerre. Elle ouvre la narration dès le début du doc (voir à 4,52 minutes) et elle est reconvoquée plus loin (voir à 33,27 minutes) dans le récit. L’ouvrage est bien présent dans la citation des sources et la biblio des crédits défilants (n'oubliez pas d'aller jusqu'au bout du générique de fin)... Bref, c’est un bel éclairage de la petite dentelière lubinoise, égérie d'Edhisto... Mais vous constaterez aussi quand vous le verrez, ce que je ne saurais bien sûr que vous conseiller ardemment, que le doc finalement parle assez souvent des Vosges (dès 8,47 minutes) et termine sur le visage d'Auberger (voir à 1h25 minutes), héros du 15-2 qui mis le pied au sommet du Hartmannswillerkopf reconquis en 1915. Cela n’allait pas de soi et contribue aussi au changement dans ce type de document… Comme d'habitude avec cette gigantesque et très professionnelle machinerie (qui annonce en bandeau 300 millions de téléspectateurs dans le monde ! (De là naît un fantasme : si 1 personne sur 1 million veut acheter "L'Ecrivain de Lubine", il va falloir en réimprimer !), est publié concomitamment à ce documentaire le livre éponyme, publié chez Flammarion. Il en reprend le texte et une sélection des meilleures images, toutes colorisées. L'Ecrivain de Lubine a été utilisé et c’est la première fois qu’on voit notre petite Clémence en couleurs. Trois extraits du texte ont été utilisés (double messe p.26, les réquisitions p.27 et le bombardement de Verdun entendu dans les Vosges p.89). Ainsi, notre ouvrage est cité deux fois dans les notes, une fois dans les crédits et une fois dans la bibliographie qui a utilisé finalement assez peu de témoignages, ce qui fait ressortir notre Clémence…. Bref Edhisto est assez fière pour ses auteurs de cette reconnaissance. Alors rendez-vous devant votre poste, France 2, le 21 février... (Attention toutefois, certaines images peuvent choquer un public âgé de moins de 12 ans). Bon visionnage, bonne analyse et n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé...

Facebook et Edhisto

Comme vous avez certainement pu le constater, Edhisto est présente sur Facebook. Nous vous invitons à vous y rendre de temps en temps car nous rendrons compte d'une foultitude de petites informations qui font l'actualité d'Edhisto. Et cette actualité, avec aujourd'hui près de 50 titres au catalogue, entre édition et diffusion, est particulièrement riche. Nous vous donnons donc rendez-vous sur https://www.facebook.com/edhistoeditions pour prolonger ce site. N'hésitez pas non plus à y réagir également, la plus-value étant aussi et surtout dans l'échange.

 


Visualiser les éditoriaux de l'année :